top of page

TOP 11 DES ERREURS EN COLD MAILING

Avez-vous déjà essayé d’envoyer une série de mails pour obtenir de nouveaux clients ou même des partenaires ? C’est ce que l’on appelle une campagne de cold emailing : un email envoyé “à froid” à des personnes que vous n’avez jamais contactées auparavant et envers qui vous espérez nouer une relation . Cette stratégie relève d’une véritable méthodologie à maîtriser avec beaucoup d’entraînement car beaucoup font des erreurs en cold mailing. Pour vous aider dans votre processus d’acquisition, nous vous accompagnons avec le top 11 des erreurs à ne pas reproduire. Réussissez vos campagnes de cold emailing dès maintenant grâce à In’Up Market & Com’.

les erreurs courantes en cold emailing

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE


Pour réussir vos séquences d’emails à froid, il est essentiel de connaître les erreurs à ne pas reproduire :



Avec ces 11 éléments optimisés dans vos cold emailing, vos chances de toucher votre destinataire et d’engager une relation vous seront favorables.


ERREUR N°1 : UTILISER UN OUTIL D’EMAIL MARKETINGµ


C’est sans doute l’erreur la plus courante dans une stratégie de cold emailing. En effet, il faut faire la différence entre :

  • une série de newsletters ou d’automatisation marketing, qui sont des solutions d’emails marketing envoyés à grande échelle de manière instantanée ;

  • une séquence de cold emailing avec des envois “cadencés” qui simulent l’usage humain.


Ce sont deux stratégies différentes qui demandent d’utiliser des outils/logiciels différents. La première étape pour vos cold emailing est donc d’utiliser LE bon logiciel.


Parmi les logiciels les plus reconnus nous vous recommandons :

  • Lemlist : une solution 100% française ! C’est un outil avec un reporting solide et qui propose de nombreuses intégrations avec un essai gratuit de 14 jours.

  • Woodpecker : sans doute l’outil le plus intuitif avec son interface très ergonomique et un support client de qualité. C’est l’un des leaders du marché, cet outil vous propose un tableau excel éditable pour travailler sur vos données.

  • YAAM (une extension Google Sheets) : cet outil vous offre 50 emails gratuits par jour. C’est le logiciel qu’il vous faut si vous êtes dans une petite campagne.


Il en existe d’autres que vous pouvez utiliser selon vos besoins et vos compétences techniques.

Une fois le bon logiciel en main, il faut adopter les bonnes pratiques.


ERREUR N°2 : VOTRE ADRESSE ASSOCIÉE À L’OUTIL


Une subtilité importante à ne pas sous-estimer. Si votre adresse email est associée à un outil par exemple avec la mention “via mailchimpapp.net”, c’est une preuve évidente de l’utilisation d’un outil d’automatisation.


Comme expliqué précédemment ce n’est pas LE bon outil.

Un bon outil de cold email utilisera directement le “sender” d’email sans relai et donc sans la mention “via”.


Cette option permettra d’avoir plus de crédibilité auprès de votre destinataire et surtout permet de simuler au plus proche un envoi “humain”.


Nous y sommes, vous avez le bon outil et la bonne adresse, maintenant il faut surveiller la mise en forme et le contenu.


ERREUR N°3 : PAS DE PERSONNALISATION

Une des erreurs en cold mailing très courante !

le cold emailing n'est pas de la prospection

C’est un point essentiel qui sera le tournant dans vos échanges . Le cold emailing est un email de PROSPECTION.


Qui dit “prospection” dit “personnalisation” et intérêt pour le destinataire. Chaque personne qui reçoit votre mail doit avoir la sensation qu’il est l’unique destinataire et que ce mail a été spécifiquement rédigé pour lui. En savoir plus et pour en savoir encore plus


Pour ce faire, vous pouvez commencer simplement par la variable {{firstname}}, ce qui permettra une personnalisation dès le début de votre email.


Ensuite, vous devez adapter le style en vous intéressant à votre destinataire.

Mais attention, comme on le verra plus tard dans l’article (cf.erreur n°9), la personnalisation ne signifie pas utilisation de template. Il faut rester le plus neutre possible tout en faisant sentir au destinataire qu’il est unique, notamment en l’interpellant avec son nom ou son prénom.


Pour réussir cet exercice, nous allons vous donner d’autres conseils tout le long de cet article.


ERREUR N°4 : UTILISATION DE SPAM WORDS

Supprimez définitivement les “spams words” pour assurer la délivrabilité de votre email et de ne pas atterrir dans les spams.


Comment ?

En téléchargeant notre checklist des spams words à bannir et le tour est joué :

télécharger checklist spam words

ERREUR N°5 : OUBLIER DE CONTEXTUALISER


On vous l’a dit, l’objectif d’un cold email est d’instaurer un début de relation. Pour se faire, vous devez installer un climat de confiance et montrez que vous êtes conscient.e de l’environnement dans lequel vous êtes :

  • Montrez que vous connaissez votre destinataire.

  • Montrez que vous savez d’où il vient et pourquoi vous le contactez.

  • Montrez qu’une relation est possible entre vous avec des bénéfices pour les deux côtés.


L’objectif est d’éviter la méfiance en faisant comprendre que vous savez où vous mettez les pieds.


ERREUR N°6 : ETRE TROP COMMERCIAL DANS VOTRE DISCOURS


Dans cette même logique, vous devez bannir le discours commercial et apporter de l’empathie dans votre email.


Vous n’êtes pas dans un objectif de vente ou de publicité mais bien dans la construction d’une relation. Il faut ainsi générer une réponse pour un échange.


Ainsi, ne cherchez pas à leur vendre à tout prix votre solution ou vos bénéfices. Au contraire, intéressez-vous à votre destinataire et mettez-le au centre de vos préoccupations. L’étape de la vente ne viendra que bien plus tard.


ERREUR N°7 : NE PAS OPTIMISER L’OBJET DU MAIL


Un autre point à optimiser, en évitant d’être commercial, est l’objet de votre mail qui nécessite une vraie réflexion.


Votre objet de mail doit être percutant et doit inciter à ouvrir le mail. Vous devez susciter une émotion : suspens, surprise, curiosité. Devenez imaginatif.


Pour ce faire :



Utilisez votre créativité et faites au plus simple.


ERREUR N°8 : UTILISER DE L’ANGLAIS


pas d'anglais dans vos emails

Grande erreur ! En effet, vous ne connaissez pas le niveau de langue de votre destinataire. Pour construire une relation vous devez être compris. C’est primordial.


Favorisez donc le français pour ne prendre aucun risque. Sauf bien évidemment si votre destinataire est étranger.


ERREUR N°9 : SE SERVIR D’UN TEMPLATE


Cela pourrait paraître anodin, mais encore une fois, nous ne sommes pas dans le cas d’une newsletter ou d’une stratégie d’email marketing.


Dans un cold email, il faut être le plus neutre possible. En effet, lorsque l’on envoie des emails à titre personnel, nous n’utilisons pas de template d’email. Ici, c’est la même chose, aucune forme de “marketing” doit être détectable.


ERREUR N°10 : NE PAS POSER DE QUESTION


Courage nous arrivons bientôt à la fin et vos campagnes de cold emailing seront d’enfer !


L’un des meilleurs conseils que l’on peut vous transmettre est de poser des questions. Cela va vous permettre de montrer votre intérêt envers le destinataire et créer de l’empathie… et un début d’échange.


C’est avec des questions que vous allez créer une relation en étant sincère et en générant une réponse de la part de votre interlocuteur qui va aimer parler de lui.


ERREUR N°11 : NÉGLIGER LA SIGNATURE DE MAIL


La fin approche mais elle n’est pas à négliger !


Votre email doit être optimisé jusqu’à la fin. En effet, en cold emailing, votre signature vous permet :


  • De donner le maximum d’informations comme un moyen de réassurance pour montrer que vous êtes une personne “réelle” ;

  • D’attester auprès des algorithmes votre légitimité en tant qu’expéditeur.


Vous devez donc bien y réfléchir à votre “carte d’identité” et au moyen de vous identifier rapidement et facilement.


N’oubliez pas : votre nom, prénom, fonction, nom de l’entreprise, numéro de téléphone, (adresse du siège social) et site internet.




À VOUS DE JOUER !


Et pour une meilleure acquisition client, externalisez vos besoins en digital pour GAGNER du temps auprès d’une agence comme In’Up Market & Com’.


Profitez de 26 ans de métier et de 2 500 smoothies engloutis en cliquant ici.


47 vues

Commentaires


bottom of page